Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

pourquoi pas moi ?

pourquoi pas moi ?

Chronique d'une mère imparfaite !

Sujet tabou : les devoirs !

Publié par Syboule sur 5 Octobre 2016, 19:00pm

Catégories : #École

Sujet tabou : les devoirs !

Bon les devoirs … on en parle ? Vous savez? Les trucs écrits sur le cahier de texte....

Ne faites pas les innocents. Voyons! le cahier de texte? mais si !! ce machin qui n'est jamais ouvert spontanément par les enfants une fois rentrés à la maison .

En prologue de ce billet je voudrais vous avouer quelque chose . J'avais jadis, c'est à dire avant d'avoir des lardons en âge d'aller à l'école, une image idyllique de la famille , et des idées bien arrêtées sur les enfants qui rentrent du bahut après une journée de travail.

Pimprenelle et Nicolas et leurs frères et sœurs (5 ou 6 ) au retour de l'école embrassent leur mère qui les a attendus religieusement à la maison , en s’affairant aux tâches ménagères (bon je sens que mes ami-e-s les féminist-e-s vont me tomber sur le dos ) . La maison est impeccable , il y a une odeur agréable d'un plat qui mijote doucement .

Pimprenelle et Nicolas, s'installent ensuite à table prennent un gouter : un morceau de pain, deux carrés de chocolat noir et un verre d'eau (parfois un peu de sirop de grenadine , mais ça reste exceptionnel )

Ils racontent à leur mère leur journée, font la revue des notes reçues (jamais en dessous de 15 bien évidement ) . Puis sans rechigner ils ouvrent leur cahier de texte et commencent leurs devoirs : sur la table du salon pour les plus jeunes , dans les chambres pour les ainés. Il n'y a pas un bruit à peine une ou deux questions . La mère de famille peut alors continuer son livre (un truc intellectuel , pas un Guillaume Musso ) ou finir son ouvrage : une magnifique robe à smock ou un pull Jacquard

Après les devoirs , douche puis diner : un potage, un feuilleté au saumon de Norvège, une salade de fruit . Entre temps le pater familias est rentré : il a vérifié les leçons de sa nichée a posé sa main sur chacune des têtes et s'est assis dans le salon pour lire Paris Match, le figaro voire le Monde Diplomatique (évidement). Il jette de temps en temps un regard amoureux sur son épouse, lui sourit et reprend sa lecture .

Le diner se passe dans la bonne humeur chacun raconte sa journée sans se couper la parole.

Le soir : prière et au lit .

Voilà … j'aimerais arrêter mon billet là et vous dire que c'est mon quotidien, je susciterais des jalousies, et je dirais modestement :

« -c'est naturel nos enfants sont extraôôôrdinaires et nous sommes des parents parfaits-calmes-détendus-patients-épanouis (mouhahhahahahaha)

Sauf que …

Déjà entre mes rêves et la réalité il y a un gros bug : mes enfants rentrent avant moi de l'école. J'arrive deux heures plus tard: crevée, les cheveux en bataille, les bras chargés de sacs, de clefs, de trucs-qui-traînent-dans-ma-voiture, le téléphone dans la poche arrière avec son alimentation qui pendouille. Ils ont fait de la peinture la chambre en est témoin, de la pâte à modeler mon rouleau à pâtisserie et les fauteuils en daim en gardent encore des marques, ils ont gouté et je peux les suivre à la trace.

Dés que je passe la porte , ils se jettent sur moi avec les mains encore collantes, m’assaillant de questions et me suivent partout, je dois dire que c'est assez mignon , même si je n'ai même pas le loisir de me repoudrer le nez ! Mais si par hasard quand j'arrive ils sont en train de regarder la télévision, je peux mourir devant-eux ils ne broncheront pas ! D'ailleurs leurs yeux ne décrochent pas l'écran quand je viens les embrasser !

Après m'être débarrassée de tous les objets encombrants que j'avais dans les mains j'avale un café-réchauffé-bouillu-et-brulant et lance un audacieux « les enfants on va faire les devoirs. »

bon il n'y a que mon fils qui est concerné, mais tout de même c'est pas simple .

Là j'entends un cri qui me rappelle celui du cochon qu'on égorge.

-NOOOooooon je veux pas … Comme je suis fatiguée je lui colle une fessée et le mets au travail

je lui propose de faire les devoirs après le diner .

Notons au passage, que c'est un abus de langage de dire devoirs . En fait depuis le 29 décembre 1956 il n'y a plus de devoirs à la maison, mais des leçons.

Bref !

Il est 18H30 les enfants ont diné et je me penche sur les devoirs leçons de mon fils. Il s'agit de trois petites pages à lire. Rien ! Trois fois rien ! Pourtant je sens que ça va être un combat titanesque.

- Allez mon chéri on va faire les devoirs (notez le « on » et pas le « tu » )

Et là re-cri de désespoir. Le problème c'est que les filles s'y mettent …

- "Et pourquoi il ne veut pas faire ses devoirs ? Et moi regardez maman je dessine sans pleurer, je peux voir son livre de lecture, maman vous nous racontez une histoire, je peux regarder le sac de mon frère, je peux faire ci, je peux faire ça ?

- NOOON !!!"

Bon devant ce vacarme je décide de nous enfermer, mon fils et moi, dans une chambre.

- « Mon gaillard tu feras ta lecture coûte que coûte. » Nous nous mettons en condition . Il a les yeux qui se remplissent de larmes … Puis refuse obstinément de lire. S'engage alors une lutte sans merci pour qu'il daigne s’exécuter pendant que les filles tambourinent à la porte. Elle est loin ma vision idyllique de la famille parfaite avec des enfants qui font leurs devoirs récitent leurs leçons sans rechigner.

- bon concentre toi !!! (là j'ai plus de patience ! )

- NOOoooooon je veux pas !

La bataille bat son plein et chacun reste campé sur ses positions . Les filles en plus de tambouriner à la porte commencent à se disputer ! Ça devient de plus en plus difficile.

Un bonne fessée aiderait à calmer tout le monde . (ENCORE )

Je respire un coup pense très fort à ces deux abrutis de Pimprenelle et Nicolas , me retiens donc de ne pas décocher une fessée et me tourne vers mon gars pour tenter une négociation.

- « Si tu lis cette page tu auras une console de jeux dernier cri ! Mon chéri pour être grand comme papa il faut lire après tu pourras te passionner pour l'histoire de l'antiquité à nos jours. Tu seras lire des bandes dessinées ou des notices de machines à laver (un jour j'expliquerai pourquoi ) .

Finalement après un temps qui m'a semblé très long, il fini par céder tant bien que mal ! Je peux ouvrir aux grincheuses qui attendent à la porte. Elles viennent faire l'inspection des travaux devoirs leçons finies.

La prochaine fois, je mettrais en place une stratégie afin de déployer mes forces de manière plus efficace et ne pas laisser l'ennemi gagner du terrain. Il est évident qu'il me faudra partir en croisade bien avant le couvre feu, et sortir tout un arsenal de catapultes, arquebuses, arbalètes, javelots et autres hallebardes pour neutraliser le belligérant ! Nous gagnerons la guerre de l'ignorance, et la victoire sera portée en étendard ! Mais en attendant de signer un cessez-le-feu et de vivre en paix comme avec Pimprenelle et Nicolas je suis prête à monter une armée suffisamment puissante pour ne pas perdre car je suis tout sauf une kamikaze et que je ne compte pas me laisser envahir par l'ennemi. Je refuse également de signer un traité qui me ferait perdre du terrain .

Tu veux la guerre fiston tu l'auras !

Mais crois moi je suis plus forte que toi et parce que je t'aime comme tu ne peux pas imaginer, tu feras tes devoirs !

Non mais !

C'est là que je me rends compte que le café devait être un chouilla trop fort !

NB: je tiens à préciser que la "corvée des leçons-à-la-maison " c'est chacun son tour , et je remarque, à mon grand dam, que c'est plus détendu quand c'est le pater familias qui le fait, la vie est injuste , mais c'est pour cela qu'on est deux !

Commenter cet article

nathalie 08/10/2016 05:54

des souvenirs , des souvenirs ,et des luttes à venir

syboule 06/10/2016 17:13

ha ha ha ha ha dans l'abîme vertigineux des pages oueb 21 personnes ont cliqué sur j'aime ... Ce qui fait que 21 personnes ont partagé mon quotidien 5 minutes ! j'aime

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents